Ces sorties littéraires qui me donnent envie - Août 2021

Après un mois de juillet de pause plutôt bienvenue pour les pile à lire, la rentrée littéraire commence à s'annoncer et nous promet un programme très chargé pour les mois à venir. Pour le mois d'août, j'ai repéré 12 titres, dont deux graphiques (impossible de réduire à 10, je n'ai même plus honte, surtout quand je regarde la liste démentielle de septembre ^^). De l'imaginaire, parfois caché dans les collections blanches, parfois mis en avant chez les indés, beaucoup de SF et des romans très très mystérieux... Voilà ce que nous réserve le mois d'août 2021! Pour info, j'ai écarté des titres de série qui me faisaient envie, n'ayant pas encore lu les premiers tomes, notamment le tome 4 du Sentiers des astres de Stefan Platteau chez Les Moutons électriques et le tome 6 de Journal d'un AssaSynth de Martha Wells chez L'Atalante (mais le tome 1, ici, vient d'arriver dans ma PAL...).

Pour rappel, ces livres ne seront pas forcément des achats, mais ce sont ceux qui m'ont attiré plus particulièrement dans la multitude des sorties. Je ne donne pas le résumé de l'éditeur pour ceux qui ne souhaitent pas les lire, mais le site de l'éditeur est accessible en cliquant sur les titres si vous souhaitez avoir ce résumé. N’hésitez pas à me dire en commentaires si il y a des sorties que j’ai relevé que vous avez vous aussi noté et quel(s) livre(s) vous attendez avec impatience.

La mélancolie des baleines de Philippe Gerin, Gaïa (288 pages - 20€ - 18 août)


J’ai d’abord repéré ce titre par la mention des baleines, puis, curieuse, j’ai lu un résumé qui fait la promesse de beauté dans un monde en ruines, de mystères et de fraternité inattendue pour des âmes égarées, et surtout la promesse de poésie et de lumière. Ma curiosité piquée, c’est avec évidence que ce titre énigmatique, probablement teinté d’imaginaire, figure dans mes envies. La promesse est belle en tout cas.

 

Plasmas de Céline Minard, Rivages (160 pages - 17€ - 18 août)


Encore un titre qui relève du domaine de l’imaginaire mais qui sort en collection générale, Plasmas est un roman de science-fiction qui m’interpelle beaucoup et dont j’ai déjà eu de beaux échos parmi les chanceuses et chanceux à l’avoir lu en avant-première. Difficile de savoir clairement de quoi ça parle, si ce n’est de post-humanisme. Je suis curieuse de découvrir ce titre encore bien mystérieux.

 

Le chien du forgeron de Camille Leboulanger chez Argyll (256 pages - 18,86€ - 19 août)


Camille Leboulanger se fait conteur et nous propose de redécouvrir l’histoire de Cuchulainn, l’un des personnages les plus célèbres de la mythologie irlandaise, doté, soi-disant, d’une force incroyable. Les premiers avis soulignent la qualité de l’immersion, l’envoûtement qui s’empare du lectorat, et rien que ça, ça ne peut que convaincre. Mais en plus, l’auteur vous propose une cover de La tribu de Dana de Manau (qui a aussi chanté Le chien du forgeron, d’où le clin d’œil), il vous est donc impossible de dire non.

 

Les derniers feux du soleil de Guy Gavriel Kay (traduction de Mikael Cabon), L’atalante, La Dentelle du cygne (624 pages - 27,90€ - 19 août)


Je n’ai encore jamais lu de romans de Guy Gavriel Kay dont je n’entends pourtant que des louanges. Il est donc temps de remédier à cela, d’autant que le mélange fantasy et historique m’attire de plus en plus. Avec Les derniers feux du soleil, l’auteur s'inspire de l'épopée des Anglo-Saxons et des Vikings au temps d'Alfred le Grand pour une histoire imaginaire promettant d’être épique et intense. Et puis cette couverture de Julien Delval est sublime !

 

Les filles de Monroe d’Antoine Volodine, Seuil (288 pages - 19,50€ - 19 août) 

Même logique que pour Guy Gavriel Kay, je n’ai jamais lu Volodine et pourtant, j’en entends beaucoup de bien. Je sais aussi que ce n’est pas forcément pour tout le monde et qu’il est possible que le post-exotisme ne soit pas quelque chose que j’apprécie. Néanmoins, parmi sa bibliographie, le résumé de ce nouveau titre est certainement celui qui me parle le plus. Dystopique et certainement très interpellant, Les filles de Monroe est un roman qui m’attire et me fera sans doute découvrir l’auteur.

 

Klara et le soleil de Kazuo Ishiguro (traduction d’Anne Rabinovitch), Gallimard (384 pages - 22€ - 19 août)


Encore un autre titre d’imaginaire à paraître en collection générale, le prochain Kazuo Ishiguro est un roman à côté duquel je ne peux pas passer. D’une part, parce que l’auteur est de qualité, prix Nobel de littérature, auteur du superbe Auprès de moi toujours, mais aussi parce que c’est un roman qui met en scène un robot nounou qui n’est pas sans m’évoquer le personnage Kara du jeu Detroit : Become human que j’ai aimé à en pleurer des sanglots. Alors oui, je veux découvrir l’histoire de cette AA qui attend dans sa vitrine qu’un humain la choisisse et pose la question « à quel point sommes-nous irremplaçables ? ».

 

Avant 7 jours de Nelly Chadour, Les moutons électriques, La bibliothèque Voltaïque(272 pages - 19,90€ - 20 août)


Très intrigant, et joliment mis en lumière par la couverture de Melchior Ascaride, Avant 7 jours est le 7ème titre à rejoindre ma sélection des sorties. S’installant sur une île où tout semble aller pour le mieux, le roman inscrit une mystérieuse règle à respecter pour éviter tout désagrément mortel. Une réflexion sur le poids des traditions qui me semble très intéressante et que je serai curieuse de découvrir.

 

Le voyage des âmes cabossées de Raphaël Bardas, Mnémos (272 pages - 21€ - 20 août)


C’est le retour d’une équipe de bras-cassés, grande gueules et assoiffés ! Les chevaliers du Tintamarre font leur retour dans ce nouveau roman. Promesse d’aventures et de grands horizons, cette nouvelle histoire s’annonce aussi rocambolesque qu’haletante. Et même si j’aurai préféré creuser un peu plus l’exploration de Morguepierre, aller au large sera certainement tout aussi intéressant.

 

Symposium, Inc. de Olivier Caruso, Le Bélial’, Une Heure-Lumière (176 pages - 9,90€ - 26 août)


Nouveau titre de la superbe collection Une Heure-Lumière, Symposium, Inc. est un techno-thriller très prometteur qui, dès son résumé, arrive à me captiver. Nul doute qu’il atterrira prochainement dans ma PAL tant j’ai envie de connaître le fin mot de cette histoire, à la fois judiciaire et versée dans les neurosciences. Et cette couverture glaçante d’Aurélien Police est toujours un charmant bonus.

 

Apprendre à se noyer de Jeremy Robert Johnson (traduction de Jean-Yves Cotte), Le cherche midi, Vice caché (160 pages - 19€ - 26 août)


Titre énigmatique et interpellant, Apprendre à se noyer est présenté comme un conte initiatique et horrifique aussi cruel que poétique. Je suis évidemment très curieuse de me plonger dans cette histoire, en espérant qu’elle m’emporte dans son courant sans jamais me noyer vraiment… Cela reste à voir mais une chose est sûre, on en reparlera ici prochainement.

 

Circé la magicienne de Richard Marazano et Gabriel Delmas, Dargaud (64 pages - 15€ - 20 août)


Une évidence que cette BD. D’une part, je suis tombée amoureuse de la couverture dessinée par Gabriel Delmas, mais j’apprécie surtout la proposition des auteurs de proposer l’histoire de Circé du point de vue de la magicienne. Ils veulent ainsi évoquer les femmes amenées à se défendre pour lutter contre une domination masculine qui les détruit. Je dis oui !

 

Le renard et le petit tanuki, tome 3 de Mi Tagawa (traduction de Géraldine Oudin), Ki-Oon, Kizuna (? Pages - 7,90€ - 26 août)


Après avoir adoré les deux premiers tomes, il était évident pour moi de me noter la sortie du troisième opus. Une bonne donne de douceur, de tendresse et de bienveillance en perspective avec ce manga adorable et envoûtant. De quoi faire du bien avant la rentrée et apaiser les tensions.

 

Et vous, quelle(s) sortie(s) avez-vous repérée(s)?

Add new comment